Baromètre santé 2014 dans les départements d'outre-mer : la maladie d'Alzheimer

Les ultramarins se sentent-ils mieux ou moins bien informés qu’en métropole ? Quel est le niveau de crainte de la maladie ? Quels liens entre le malade et ses proches ? Santé publique France publie un nouveau chapitre de l’enquête Baromètre santé DOM 2014 sur la maladie d’Alzheimer dont les résultats mettent en évidence les spécificités de ces territoires en termes de connaissances, de perceptions et attitudes face à cette maladie.

La maladie d’Alzheimer est la maladie neurodégénérative la plus fréquente aux conséquences lourdes en terme de prise en charge, tant pour le patient que pour son entourage. Plus d’un million de personnes en France souffrent de la maladie d’Alzheimer et autres démences. Considérée comme une priorité mondiale de santé publique par l'Organisation mondiale de la santé, le nombre de cas de démence dans le monde pourrait doubler d’ici 2030 et tripler d’ici 2050.

Connaissances, perceptions et attitudes par rapport à la maladie d’Alzheimer

  • L’appréciation personnelle du sentiment d’information sur la maladie d’Alzheimer est plus élevée aux Antilles qu’en France métropolitaine, en Guyane et à La Réunion. Toutefois, dans l’ensemble des DOM, tout comme en France métropolitaine, une mauvaise situation financière est associée à un moins bon niveau d’information sur la maladie.

Sentiment d’information au sujet de la maladie d’Alzheimer, dans les DOM et en France Métropolitaine, « Avez-vous, vous personnellement, le sentiment d’être informé(e) au sujet de la maladie d’Alzheimer ?» (en pourcentage)

Sentiment d’information au sujet de la maladie d’Alzheimer, dans les DOM et en France Métropolitaine, «  Avez- vous, vous personnellement, le sentiment d’être informé(e) au sujet de la maladie d’Alzheimer  ?   » (en pourcentage
  • Les consultations mémoire* sont peu identifiées dans les DOM : 17 % des Martiniquais, 13 % des Guadeloupéens, 15 % des Guyanais et 11 % des Réunionnais savent où est la consultation mémoire la plus proche de chez eux. Les 55-75 ans ont une meilleure connaissance de ces consultations que les plus jeunes.
  • Penser « qu’il faille garder une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer au sein de sa famille, à condition que l’aidant ne soit pas épuisé » est une opinion partagée par une personne sur deux environ dans les DOM.

Connaissances, attitudes et état de santé des aidants de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer

  • Un tiers des Martiniquais, des Guadeloupéens et des Réunionnais interrogés déclarent connaître une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, proportion supérieure à celle de la France métropolitaine (27 %) et de la Guyane (18 %).
  • Parmi elles, la moitié des Antillais, 40,5 % des Guyanais et 45 % des Réunionnais sont ou ont été aidants de personnes atteintes de la maladie. Ces proportions sont plus élevées qu’en France métropolitaine (33 %).
  • Le spectre de la maladie fait peur à la majorité de la population : parmi ceux qui déclarent ne pas connaître de personne atteinte dans leur entourage, 73 % des Réunionnais, 70 % des Martiniquais et des Guadeloupéens et 58 % des Guyanais disent craindre la maladie d’Alzheimer pour eux-mêmes ou pour leurs proches.
  • Ces résultats, notamment la proportion plus importante d’aidants mais aussi de personnes connaissant un malade Alzheimer, reflètent des disparités d’ordre socioculturel entre les territoires des DOM et la France métropolitaine, avec une solidarité familiale plus ancrée dans les DOM, mais probablement aussi d’ordre structurel, avec le manque d’alternative pour la prise en charge des malades dans certains territoires.

Quatre dimensions étudiées concernant la maladie d’Alzheimer :

  • le niveau des connaissances par rapport à la maladie ;
  • la crainte à l’égard de la maladie ;
  • la perception du lieu de vie approprié pour une personne atteinte de la maladie ;
  • le lien avec une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer.

Pour en savoir plus :