Zones de circulation restreinte à Paris : quels bénéfices sanitaires attendus ?

Paris met en place depuis plusieurs années des zones à circulation restreinte dans la capitale pour limiter la pollution atmosphérique. Avec Santé publique France et Airparif, l’ORS Ile-de-France publie une évaluation prospective innovante des impacts sanitaires de ces zones à basses émissions.

Des dispositifs pour limiter la pollution liée au trafic routier

Parmi les mesures de lutte contre les émissions de polluants du trafic routier figure la mise en place de zones à basses émissions, dites ZFE. Il s’agit de dispositifs de restriction de la circulation des véhicules les plus émetteurs de polluants atmosphériques. Ces dispositifs ont été mis en œuvre dans plusieurs centaines de villes européennes, avec une certaine efficacité.
La Mairie de Paris a instauré la mise en place progressive d’une telle zone dans la capitale.
Pour accompagner au mieux le dimensionnement et le déploiement de cette ZFE parisienne, l’ORS Île-de-France a développé, avec Airparif et l’appui méthodologique de Santé publique France, une étude inédite qui repose sur des estimations à très fine échelle de l’exposition de la population.

L’apport méthodologique de Santé publique France dans cette étude

Santé publique France collabore avec l’Organisation mondiale de la santé et l’Ademe afin de développer et mettre à disposition des collectivités des outils leur permettant d’évaluer de manière prospective les gains sanitaires attendus des mesures de réduction de la pollution atmosphérique.
Dans le cadre de cette étude avec l’ORS, Santé publique France a apporté son expertise permettant à partir des niveaux d’exposition d’extrapoler les bénéfices sanitaires attendus du dispositif ZFE à Paris.

Des bénéfices tangibles en matière de santé publique

Cette étude montre que la mise en œuvre de la ZFE produirait des bénéfices sanitaires en matière de réduction du nombre de décès et de pathologies chroniques, notamment chez les enfants.
L’élargissement du périmètre de la ZFE parisienne à l’A86 amplifierait le bénéfice sanitaire attendu,  de même que le renforcement du niveau de restriction de circulation.
Cette évaluation montre aussi que les bénéfices s’étendraient au-delà du périmètre de la ZFE et que le périmètre le plus large favoriserait l’équité sociale. En effet, élargir le périmètre permettrait de réduire l’exposition de populations, résidant en banlieue, moins favorisées comparativement à la population parisienne.

En savoir plus :

Rapport et synthèse - Bénéfices sanitaires attendus d'une zone à faibles émissions. Évaluation quantitative d'impact sanitaire prospective pour l'agglomération parisienne.