Le

Le programme santé des personnes âgées

Axe populations

Les personnes âgées de plus de 60 ans représentent un quart de la population et pourraient en représenter plus d’un tiers en 2040. L’évolution démographique actuelle laisse présager que les personnes âgées dépendantes représenteront 2,3 millions de personnes d’ici 2060. L’espérance de vie sans incapacités tend à évoluer de façon moins favorable par rapport aux décennies précédentes, une évolution de plus en plus différenciée entre les hommes et les femmes (les femmes vivent plus longtemps que les hommes mais avec davantage d’incapacités). Dans ce contexte, la prévention et la préservation de l’autonomie dans les activités quotidiennes représentent des enjeux majeurs à prendre en compte au plus tôt, avant que les premières incapacités ne se déclarent.

Ce programme s’appuie sur une approche globale du "Bien vieillir" : promouvoir l’activité physique, promouvoir une alimentation saine et équilibrée, prévenir les troubles de la santé mentale, prévenir les traumatismes, prévenir les consommations d’alcool et de tabac, renforcer les fonctions cognitives, favoriser le bon usage des médicaments, favoriser l’accès aux services de santé et soins préventifs, renforcer le capital social, adapter l’environnement. Ce programme s’inscrit pleinement dans le plan national d’actions de prévention de la perte d’autonomie.

Objectifs stratégiques :

  • agir sur les déterminants du "Bien vieillir" chez les personnes âgées autonomes : élaborer et diffuser des supports d’information pour le grand public et les professionnels et soutenir le développement d’actions innovantes ou prometteuses de prévention et promotion de la santé ;
  • agir sur les déterminants du "Bien vieillir" auprès de populations âgées spécifiques : informer les publics précaires et soutenir les professionnels intervenant auprès d’eux, développer des actions de promotion de la santé dans les lieux de vie collectifs, améliorer les connaissances relatives à la prévention santé des aidants familiaux ;
  • améliorer les connaissances sur l’état de santé des personnes âgées et développer les indicateurs intégratifs (indicateurs de fragilité, multi-morbidité…) de la santé des personnes âgées.